Assurance complémentaire santé : où en sommes nous?

Vous etes de plus en plus nombreux à nous contacter pour connaitre nos recommandations au sujet de la généralisation d'une assurance complémentaire santé. Notre recommandation? Attendez!

Pourquoi?

Vous etes peut etre demarchés reguliérement par des assureurs et des mutuelles qui rivalisent d'offres allechantes mais mefiez vous, certaines ne sont pas viables. Sachez qu'un accord collectif de branche est actuellement en négociation. Ce processus aboutira avant la fin de l'année, après expertise, à recommander aux radios une ou plusieurs offres perénnes et repondant à la notion de contrat responsable en décembre 2015, pour une application à compter du 1er janvier 2016.

Le contexte : sécuriser les parcours

La Loi du 14 juin 2013 relative à la Sécurisation de l’emploi impose à l'employeur la prise en charge partielle (50%) d’une couverture complémentaire santé. Il s’agit d’un contrat d’assurance santé permettant à chaque salarié d’une entreprise, de bénéficier du remboursement total ou partiel de ses dépenses de santé, en complément de la Sécurité sociale. Aujourd'hui en France trop de salariés, dont l'employeur n'a pas fait le choix de mettre en œuvre un tel dispositif, choisissent de ne pas recourir à une mutuelle, se précarisant ainsi davantage.

Cette nouvelle assurance complémentaire santé collective et obligatoire doit faire bénéficier à ces derniers de remboursements santé sur des garanties minimales, appelées « panier de soins ». Il sera cependant toujours possible à certaines catégories de salariés d'en être exemptés : bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle (CMU), Aide à la Complémentaire Santé (ACS), souscripteurs d'un contrat à titre individuel, voire collectif par l'entremise de leur conjoint(e). Les principaux frais de santé seront ainsi couverts mais ce que l'on negocie pour vous actuellement, c'est un accord collectif de branche qui permet d'aller un peu plus loin.

les enjeux de ces negociations ?

  • Avec l'ensemble des partenaires sociaux, nous avons diligenté une expertise afin que les salariés de la branche puissent bénéficier de la meilleure couverture possible au meilleur rapport qualité / prix / durabilité, pour les salariés, mais le cas echéant aussi, pour leur famille.
  • L'idée est celle d'une mutualisation des risques et des coûts, non seulement au niveau d'une structure, mais surtout au niveau de toute la branche de la radiodiffusion privée. Nous souhaitons ainsi diminuer les coûts et augmenter la qualité des prestations, tout en prenant garde au modéle economique fragile de nos radios
  •   Nous allons plus loin dans cette reforme en demandant de nouvelles garanties : la prévoyance. Utile lorsque ni la Sécurité Sociale, ni l'assurance complémentaire santé, ne suffisent à assurer un niveau de revenus suffisant au salarié et sa famille pour des risques majeurs tels que l'incapacité en cas de longue maladie, l'invalidité, le décès ou la dépendance.


Acteur à part entière de la construction de ce régime de branche, la CNRA est au cœur des négociations et ne manquera pas de vous tenir au courant de leurs avancées, pour la protection de nos salariés.