Nuit debout : radios ou webradios ?

Un mouvement intéressant qui rappelle les débuts des radios libres ...sans les radios;
Il serait pourtant intéressant que les radios associatives assument leur rôle de médias de communication sociale de proximité voire de contre pouvoirs (une de leurs vocations premières) en complément de webradios plus souples nécessitant peu de moyens techniques, mais moins ciblées;
Il reste à l'expérience qu'on est en face d'un mouvement "libertaire" qui ne dit pas son nom de peur de récupérations et de désordres.
Pourtant les avancées se font jour pour un nouvel ordre dont les prémices sont déjà les avantages obtenus par les seuls étudiants et lycéens ; On verra à terme quels nouvelles élites, groupes, se dégageront.

Silence assourdissant d'intervention des radios A qui ont pourtant un champ intéressant d'affirmation de leur vocation, (surtout en ville) pour ramener d'autres intervenants et un public pas noyé dans les réseaux.
Les webradios, dans le désordre, mélangent eux les genres comme dans les commentaires des auditeurs ou lecture des médias traditionnels.
Quelles seraient les radios "libres" qui par apport de matériel d'émission, présence sur le terrain, émissions consacrées au sujet ou collaboration avec les webradios, sont prêtes à s'investir ?
Cela a déjà été fait historiquement dés les années 80 avec des minitel par les "historiques" et perdure, comme sur "Ici et Maintenant" à Paris.
Nous attendons, ici des réponses de la mobilisation des syndicats et fédérations !
C'est de leur responsabilité d'aider à structurer les avancées sociales. Toutes les informations sur ce mouvement inédit sont disponible sur ce site https://wiki.nuitdebout.fr/.
On attend vos réactions et vos émissions sur le forum de la CNRA.